Actualités

Home»Actualités»Saint François d’Assise aimait-il les ânes ?

Saint François d’Assise aimait-il les ânes ?

Depuis Gambassi Terme où nous sommes bien arrivés (et bien hébergés à la Pieve Santa Maria a Chianni) en ce vendredi 25 juillet, en compagnie d’Alexandre retrouvé hier à San Miniato, nous ne résistons pas à l’envie de vous faire partager le questionnement existentiel que Miguel nous propose dans la continuité de ses désormais fameux récits d’ânes bibliques ….

« Cette fois-ci, laissons dormir les ânes bibliques : il en reste encore un ou deux, celui du roi David par exemple. Mais j’ai sur la langue une question grave : saint François d’Assise aimait-il les ânes ?

Saint François parlait aux oiseaux, tout le monde le sait. Et l’on sait aussi qu’il avait amadoué le féroce loup de Goubio, terreur des enfants : après avoir recommandé aux villageois de demander pardon à Dieu pour leurs propres méchancetés, François s’était enfoncé dans la forêt, avait rejoint la meute sauvage et là, le chef des loups avait déposé gentiment sa patte dans sa main. Le loup avait compris qu’il rencontrait un saint. (Si donc vous croisez un loup, envoyez-lui vite le plus saint d’entre vous !)
Ces histoires-là sont bien connues. Mais qu’en est-il des ânes ? J’ai interrogé là-dessus mon ami internet qui m’a emmené jusqu’au Canada, où des frères franciscains ont traité la question. Voici donc, résumées à ma façon, quelques aventures de saint François avec les animaux.
Un jour, on offrit à François une brebis qui le suivait partout : elle accompagnait les Frères à la chapelle, elle suivait l’office. Il paraît même que, sans aucun dressage, elle faisait la génuflexion, poussait des bêlements devant l’autel de la sainte Vierge et se prosternait à la messe pendant l’élévation. Si donc, petits amis italiens, vous croisez des brebis, parlez-leur de saint François : peut-être s’en souviennent-elles encore, là-bas ; si elles répondent en bêlant, il est possible que ce soit une prière.
Et les lièvres, en voit-on quelquefois dans les églises de Toscane ? Du temps de saint François, l’un d’entre eux venait se blottir sur sa poitrine plutôt que de courir la campagne. Le prochain d’entre vous qui apprivoisera un lièvre sera très fort ; il suffit de lui parler à l’oreille comme saint François, en lui disant : « Frère lièvre, aimé de Dieu… »
Plus fort encore, celui qui deviendra l’ami d’un faucon ! Il paraît que François pouvait faire sa sieste sans crainte : quand ce serait l’heure de la prière, un faucon descendait des nuages, se posait délicatement à ses côtés, et tirait du bec la pointe de sa capuche… Ils sont peut-être comme ça, les faucons d’Italie.
Bon, me direz-vous, et les ânes ? Les Frères canadiens évoquent l’amitié de François pour les fourmis, les abeilles, les araignées (les araignées aussi ?), les cigales, les chevreuils, les renards… Ils mentionnent même (quelle curieuse idée !) les vers de terre.
Et les ânes ? Eh bien si, on a failli les oublier, mais si ! Internet en parle aussi, tout à fait à la fin : parmi les amis de François, il y avait aussi des ânes. Ouf ! Et c’est d’ailleurs bien évident, car ils étaient ses compagnons de tous les jours. François roulait en âne très souvent, et s’il avait voulu vivre quelques mois d’aventure en famille, nul doute qu’il aurait trouvé plus exotique… une auto !
Fin de l’histoire. Vous apprendrez par cœur le « cantique des créatures », vous remercierez Dieu pour « sœur notre mère la Terre », et vous confierez à saint François d’Assise tous les écologistes en herbe que nous sommes. Il est notre saint patron. »

NDLR: Fra Cristiano, rencontré à Calzavitello nous disait ègalement que St François aurait choisi la couleur de la bure en rappel de la robe de frère ane…

2 Responses to “Saint François d’Assise aimait-il les ânes ?”

By faure - 29 juillet 2014 - Répondre

voilà la fin juillet..que de pas de faits!! des petits, des grands…encore quelques uns
et vous toucherez au but!
alors belle route!
j’espère que vous allez bien sans trop de bobos divers et variés…et avec au coeur la
joie de vivre cette aventure et d’accueillir les dons de Dieu!
à très bientôt
très fraternellement, je vous embrasse
Nicole

By Elisabeth - 2 août 2014 - Répondre

Bravo pour la poursuite de votre périple qui semble assez varié en difficultés, et que vous affrontez, semble-t-il vaillamment.
Merci pour votre témoignage de confiance, confiance qui porte ses fruits au travers de l’accueil que vous recevez de façon, parfois (ou souvent?) inattendue!
Je vous embrasse tous les huit, que dis-je, les …dix! bien affectueusement et vous accompagne de ma prière fraternelle.

Leave a Comment

*