Actualités

Home»Actualités»Le pape François aime les ânes !

Le pape François aime les ânes !

Anes offerts au papeComme en écho à l’article écrit par Miguel durant l’été (Saint François aimait-il les ânes ?), notre pape a accepté hier 2 ânons offerts par une société italienne spécialisée dans le lait d’ânesse, fondée par un jeune italo-suisse.

Et ainsi que le relate le journal suisse en ligne « 24heures.ch », ce dernier a été, comme nous l’avons été également, très marqué par la personnalité chaleureuse du pape François, qui ne manque pas une occasion de dire son amour de la nature et des animaux:

«C’est un homme qui m’a frappé par la sympathie qu’il dégage, son côté humble et miséricordieux. J’avais l’impression de le connaître depuis vingt ans», raconte le Morgien Pierluigi Orunesu, 36 ans, à son retour de Rome, où il avait rendez-vous avec le pape François.
Mercredi, au pied de sa résidence vaticane, il lui a remis de main à main deux ânons, un mâle et une femelle de 18 et 22 mois, Noé et Théa. Deux animaux bibliques que l’on retrouve aussi bien dans la crèche de Noël que dans les Evangiles.
«C’est le film consacré à saint François d’Assise qui m’a donné l’idée du cadeau», confie le Sarde qui a grandi à Tolochenaz, dans la maison d’Audrey Hepburn. «Catholique, pas spécialement pratiquant, j’ai pris contact en juin 2013 avec un prêtre romain qui avait ses entrées au Vatican. J’ai émis le désir de remettre deux ânons au pape en même temps que 80 litres de lait d’ânesses destiné à la maternité du Vatican, Bambin Gèsu.»
Pierluigi Orunesu reçoit le feu vert papal suffisamment tôt pour préparer les certificats vétérinaires. C’est dans une asinerie de Mont-Baducco, non loin de Parme, à une centaine de km au sud de Milan, que le fondateur de la société vaudoise Eurolactis élève 900 ânes pour commercialiser le lait d’ânesse sous toutes ses formes: lait en poudre, aliments, glaces, produits cosmétiques et maintenant même du lait en brique.
«Je préparais l’opération depuis 1 an et demi, confie l’homme de marketing, qui a fondé sa société en 2007. On ne rencontre pas le Saint-Père au coin d’une ruelle du Vatican. Quand il est arrivé au rendez-vous avec sa papamobile et sa délégation, c’était un moment très fort. Je lui ai baisé son anneau, nous avons échangé quelques propos, il a accordé sa bénédiction aux deux ânons et m’a remis un chapelet.»
«Chaleureux, humble, miséricordieux, charismatique, j’ai ressenti tout cela à la fois en rencontrant ce Saint-Père qui ressemble à un pape comme le monde catholique en rêvait depuis toujours. Il y avait aussi la TV du Vatican et un photographe de l’Osservatore Romano. Tous les médias italiens ont parlé de la rencontre improbable d’un pape et de deux ânons, raconte Pierluigi Orunesu.
En italien, j’ai dit au Saint-Père que je lui remettais deux créatures divines pour honorer saint François d’Assise, le saint auquel il a emprunté le nom et qui a placé l’âne, à côté du bœuf, dans la crèche de Jésus. Il m’a confié que, quand il était bébé en Argentine, sa mère le nourrissait au lait d’ânesse, faute d’en avoir en suffisance.»[…]

De quoi alimenter notre réflexion et nos envies d’une vie un peu plus asino-compatible !

Leave a Comment

*